websights La valeur ne vient pas des silos - les écosystèmes numériques sont la voie à suivre - TrustBuilder

Vous cherchez inwebo.com? Vous êtes au bon endroit ! Pour en savoir plus, lisez notre article de blog

Rejoignez-nous en personne lors des prochains salons et conférences de l'industrie.

La valeur ne vient pas des silos - les écosystèmes numériques sont la voie à suivre

"Identity and Access Management (IAM) est plus qu'un outil. Il s'agit d'une condition préalable essentielle à la quatrième perturbation numérique." Chez Flemish Data Utility Company (Vlaams Datanutsbedrijf), Björn De Vidts considère l'IAM comme un facteur clé dans la construction d'écosystèmes numériques. TrustBuilder et Flemish Data Utility Company étant partenaires du projet ICON, nous avons pris le temps d'interviewer Björn De Vidts. Il explique la mission et la vision de la Data Utility Company, le rôle du gouvernement, la position de leader dans la mise en œuvre des coffres-forts de données et la manière dont les identités souveraines et la minimisation des données contribuent à restaurer la confiance.

20220829 Meise België : Raf & Björn.

La Flemish Data Utility Company veut laisser les données circuler comme de l'eau, d'où la référence à un service public. Cette coopération public-privé vise à renforcer la protection de la vie privée des citoyens, à commercialiser des coffres-forts de données en coopération avec des partenaires privés, à réaliser une plateforme innovante pour le partage des données et à développer des écosystèmes axés sur les données. "Si nous parlons de la mission de la Flemish Data Utility Company et de ce que nous voulons réaliser, je pense qu'il est préférable d'examiner les problèmes que nous nous engageons à résoudre", a déclaré M. De Vidts. "Le premier problème concerne la confiance dans le partage des données. Les entreprises n'ont pas suffisamment confiance pour partager des données avec d'autres entreprises, même si la direction sait très bien que le partage des données a de la valeur. Il en va de même pour les citoyens : ils reconnaissent la valeur des données, mais les expériences négatives ont érodé leur confiance. Ce sentiment est le paradoxe des données : les gens veulent participer à toutes ces nouvelles expériences basées sur les données. Pourtant, ils hésitent à partager leurs données avec les grandes entreprises technologiques par crainte d'en perdre le contrôle et de les voir monétisées. D'un autre côté, le partage des données conduit à l'innovation, de sorte que le manque de confiance nuit à notre économie et à notre société". La normalisation de l'interopérabilité des données est un autre défi. "Comment les données sont-elles définies ? Comment sont-elles régies ? Quel est le cadre juridique ? Comment peuvent-elles être utilisées dans un contexte commercial ? Il faut se mettre d'accord sur ces quatre aspects de la normalisation avant de pouvoir développer un écosystème axé sur les données.

Le gouvernement a un rôle à jouer

Historiquement, le gouvernement flamand a toujours joué un rôle dans le développement de ces écosystèmes. "Le secteur privé ne peut pas faire cela tout seul, car il y a toujours une composante sociétale", a déclaré M. De Vidts. "La meilleure façon de jeter des ponts entre les différents segments industriels est d'impliquer le gouvernement. Les entreprises saisissent l'occasion parce qu'elles reconnaissent de nouveaux modèles commerciaux, mais elles ont besoin du soutien des pouvoirs publics pour s'assurer que les citoyens ont confiance dans l'initiative. C'est le rôle de la Flemish Data Utility Company : réunir les différentes parties autour de la table et démontrer que les citoyens peuvent faire confiance à l'initiative.

M. De Vidts est ambitieux et pense que la construction de la confiance n'est pas une bataille perdue d'avance, même si chaque jour apporte son lot d'histoires de systèmes piratés et de données volées. "Des études de l'agence de recherche Imec ont montré que nos concitoyens font toujours confiance au gouvernement", nous a rappelé M. De Vidts. "Mais il faut dire aux gens ce qu'ils y gagnent. Nous savons que les gens sont prêts à partager leurs données si cela leur permet de gagner du temps, de réduire les coûts ou d'améliorer leur santé. Un exemple : si vous pouvez obtenir un contrat d'énergie moins cher en partageant des données pour un benchmark personnalisé, par exemple en combinant les données de consommation d'un compteur intelligent avec des données sur la composition du ménage, des données sur la façon dont la maison est construite, etc.

Partage sélectif des données

Ces motivations, le confort, les économies et la santé, sont à la base des cas d'utilisation que la Flemish Data Utility Company est en train de développer. En collaboration avec Docbyte, Enhansa, karamel et Randstad, TrustBuilder et la Flemish Data Utility Company travaillent sur un projet de recherche appelé ICON, axé sur le partage sécurisé et sélectif des données personnelles dans les ressources humaines, basé sur la technologie Solid data vault Pod développée par le pionnier de l'internet Sir Tim Berners-Lee. "Nous voulons aider les citoyens à prendre leur carrière en main tout en leur offrant la commodité. En sauvegardant votre diplôme dans un coffre-fort de données, vous saurez toujours où le trouver, et il ne sera pas nécessaire de le scanner ou de demander une copie à l'université si vous perdez la version papier. Une fois que la partie diplôme est couverte, nous pouvons stocker des données sur les certificats, les évaluations, etc. Ce projet facilite la gestion de votre carrière et l'obtention de l'emploi qui vous convient le mieux en démontrant que vous possédez les bonnes compétences".

Le consortium du projet ICON a reçu une subvention de l'agence pour l'innovation VLAIO pour lancer la recherche. "En finançant ce projet, le gouvernement flamand atténue une partie du risque pour les entreprises commerciales et crée un climat de confiance entre les parties qui doivent travailler ensemble. Mais, bien sûr, chaque cas d'utilisation est différent. Pour certains projets, l'impact sociétal peut être si important que le gouvernement doit rester impliqué. Dans d'autres cas, le gouvernement peut lâcher prise et confier complètement le projet à des partenaires privés.

La valeur ajoutée de la gestion de l'identité

M. De Vidts considère que le rôle d'un fournisseur d'IAM tel que TrustBuilder est essentiel dans le projet ICON. "Lorsqu'on parle de confiance, il est essentiel de s'identifier et de s'authentifier en tant que propriétaire d'un pod. C'est là que TrustBuilder peut apporter une valeur ajoutée considérable. Dans le projet ICON, les différents partenaires ont des rôles différents dans l'écosystème. La Flemish Data Utility Company sera le fournisseur de l'infrastructure Pod, et d'autres partenaires fourniront des données ou des applications qui utilisent des données. TrustBuilder se charge de vérifier l'identité des utilisateurs et de leur accorder l'accès.

M. De Vidts croit fermement aux tendances telles que l'identité souveraine, la minimisation des données et la preuve de connaissance zéro. "L'identité souveraine est un résultat direct de la quatrième perturbation numérique. Les citoyens ne veulent plus confier toutes leurs données à cinq grandes entreprises technologiques en échange de services internet. Je considère l'identité souveraine comme l'une des applications de la technologie Solid. La minimisation des données renforcera la confiance, car les citoyens n'auront plus besoin de partager toutes leurs données. Permettez-moi d'illustrer mon propos par un exemple. Lorsque vous voulez acheter une maison ou contracter un prêt hypothécaire, tout ce que l'agent immobilier, le notaire ou la banque a besoin de savoir, c'est si vous gagnez suffisamment pour payer la maison. Actuellement, nous envoyons à ces organismes une fiche de paie contenant toutes sortes de données personnelles sensibles, qui ne les concernent pas. Et nous l'envoyons par l'intermédiaire de Gmail ou Hotmail, en prenant un risque énorme en matière de sécurité. En utilisant un coffre-fort de données, vous créez un échange de trafic intelligent où vous, en tant que citoyen, pouvez décider quelles informations vous voulez partager. Si la banque a seulement besoin de savoir si vos revenus dépassent un certain seuil, c'est toute l'information qu'elle obtiendra. En tant qu'entreprise de services de données, nous apposerons notre cachet sur ce sous-ensemble d'informations et dirons que nous en avons vérifié l'exactitude. Cela est également bénéfique pour les entreprises qui demandent les données : elles peuvent être sûres qu'elles ne stockent pas des données personnelles non pertinentes, ce qui pourrait les rendre passibles d'amendes au titre du GDPR. Nous créons la sécurité juridique et la confiance pour les organisations et assurons la protection de la vie privée dès la conception. On pourrait dire que nous permettons aux gens de partager plus de données que jamais en partageant moins de données.

La Flandre à l'avant-garde de la technologie de l'information

La Flandre est un précurseur dans le domaine des technologies de l'information depuis plus de 25 ans, a déclaré M. De Vidts. "Google Maps a été lancé en 2005. Mais la Flandre disposait déjà de ses plates-formes de géolocalisation en 1997. Nos travaux sur les systèmes d'information géographique ont inspiré la directive européenne Inspire sur les infrastructures de données spatiales. De même, comme le prévoit la loi sur la gouvernance des données, nous serons les premiers à mettre en place un intermédiaire de données pour rapprocher l'offre et la demande. Je suis convaincu que nos DataTech et LegalTech peuvent être un exemple pour les autres pays européens. Grâce à notre travail, les entreprises qui participent à nos écosystèmes auront une longueur d'avance. Grâce à leur expérience dans les Solid data pods, les entreprises flamandes remportent désormais des appels d'offres à l'étranger. Par exemple, Digita a récemment réalisé une chambre forte pour la principale agence pour l'emploi en Suède.

M. De Vidts attribue le leadership flamand à la recherche menée dans les universités, à l'expérience acquise dans la création de plateformes à grande échelle et à la croyance fondamentale dans les écosystèmes. "Tous les membres de notre gouvernement et de nos administrations ont une mentalité d'écosystème et savent que la valeur ne vient pas des silos, mais de la collaboration entre les services publics et les partenaires extérieurs.